Comment les smart cities transforment la mobilité

Ça se confirme, l’usage de la voiture privée comme unique mode de transport diminue pour donner place à de nouvelles formes de mobilité. Pour la première fois depuis cinq ans, le nombre de voitures immatriculées à Genève a baissé. “Les voitures privées ont longtemps formé l’épine dorsale de la mobilité moderne. Mais la montée en puissance récente de services de mobilité personnalisés défie ce statu quo. Posséder une voiture n’est plus un choix obligatoire”, note Jacob Bangsgaard, Président de la MaaS Alliance. Dont acte. L’organisme défend le concept de “Mobility-as-a-service” (MaaS), selon lequel se déplacer d’un point à un autre d’une ville ne repose plus sur un moyen de transport unique, mais sur l’usage combiné, dit “multimodal”, d’une multitude de services mis à disposition des citoyens. Transports publics, taxis, carpooling, car-sharing et autres flottes de véhicules autonomes disponibles à la demande se combinent pour former un écosystème dynamique et fonctionnel, dûment inscrit dans une logique de développement durable. Et les prémices de cette mutation sont d’ores et déjà perceptibles.

La mobilité en mode start-up

Si Uber a initié un changement de paradigme et disrupté l’industrie du taxi, bien d’autres startups entendent aller plus loin, au travers de services multipliant à l’infini les options de transport pour l’usager.

Ubeeqo, présent dans six capitales européennes (dont Bruxelles, Londres et Paris) propose de louer des voitures à la demande et pour de très courtes durées – à partir de 3,50€ de l’heure – via un service simplifié à l’extrême, permettant la réservation d’une voiture d’un simple clic sur l’écran d’un smartphone. Ce service de car sharing est également disponible en Suisse, à Genève et à Bâle, avec le prestataire Catch a Car. Plus ambitieux, GoMore, présent dans cinq pays (dont France, Norvège et Espagne), intègre covoiturage gratuit, location de véhicule et leasing. Un “3-en-1” à l’esprit communautaire, où tout usager peut louer sa voiture à des tiers, ou partager une voiture louée quand elle est inutilisée.

Beaucoup de nouveaux acteurs s’appuient sur des technologies émergentes, à commencer par l’intelligence artificielle, pour moderniser le transport. Véhicules électriques et autonomes permettent à la smart city de redéfinir la mobilité pour la rendre plus intelligente et mieux adaptée aux besoins d’aujourd’hui et de demain. May Mobility développe ainsi des flottes de minibus électriques autonomes sans chauffeur, ciblant administrations et entreprises. Testé à Détroit, aux Etats-Unis, le dispositif prévoit des trajets prédéfinis, aussi bien que des courses à la demande, réservées sur mobile. Pix Moving proposera bientôt une solution similaire qui s’appuie sur des véhicules eux aussi propres et autonomes mais également modulaires : châssis et habitacles sont séparables et transformables en fonction des besoins, pour le transport de passagers ou de colis par exemple.

Si certains de ces projets sont encore en devenir, d’autres sont déjà réels. Des navettes sans chauffeur du constructeur français Navya, spécialiste des véhicules autonomes depuis 2014, ont démarré leurs rotations à Las Vegas en 2017, avant d’être utilisés à Genève lors du Geneva Motor Show cette année. L’entreprise y a d’ailleurs présenté ses taxis automatiques, Autonom Cab, des voitures sans tableau de bord, volant ou pédales, pouvant emporter six passagers à une vitesse maximale de 90 km/h. L’entreprise hollandaise 2GetThere, présente à San Francisco, Abu Dhabi et Singapour, combine plusieurs approches de la mobilité et fait également appel à des systèmes entièrement autonomes. Ses véhicules sans chauffeur ont déjà transporté plus de 14 millions de personnes dans une dizaine de villes, de Schiphol aux Pays-Bas à Masdar City aux Emirats Arabes Unis,

Communication et connectivité

Si de nombreuses options pour se déplacer sont donc déjà disponibles, l’enjeu est de les faire coexister, voire de les agréger, de façon optimale et aisément accessible aux citoyens. Là aussi, les technologies numériques pointues sont la clé.

A Dubaï, l’appli mobile S’hail est un bon exemple de convergence numérique : elle présente toutes les possibilités de transport – métro, tramway, bus et taxis, aussi bien que les services de co-voiturage ou de partage, Uber ou autre – au sein d’une interface unique assortie de recommandations pour planifier un trajet. Autre exemple, PlugSurfing regroupe l’accès à la plupart des réseaux de recharge de véhicules électriques, au sein d’une même appli mobile : l’utilisateur peut visualiser l’emplacement de quelques 60.000 bornes de recharge en Europe, et utiliser une clé unique en forme de puce RFID universelle pour y accéder.

A l’heure de l’Internet des objets, tout est connecté à tout, ou le sera. Le projet DAV (Decentralized Autonomous Vehicles) entend s’appuyer sur les blockchains pour créer une infrastructure dans laquelle “les véhicules autonomes communiquent les uns avec les autres, ainsi qu’avec les fournisseurs de services et les usagers autour d’eux”, le tout sans utiliser de serveur central. L’ensemble forme une architecture de pair-à-pair (P2P), où les échanges sont gérés via des contrats numériques automatisés (smart contracts) et des crypto-monnaies.

En se fondant dans l’Internet des objets, véhicules et solutions de transports deviennent autonomes, connectés et intégrés, dessinant les nouveaux contours de villes où se déplacer est à la fois plus facile et plus efficace.

*Règlement sur les activités admissibles en zone industrielle ou de développement, respectivement en zone de développement d’activités mixtes – RAZIDI

https://maas-alliance.eu

https://www.ubeeqo.com/en

https://gomore.fr/

https://maymobility.com

https://dav.network

https://www.plugsurfing.com/en/

https://www.pixmoving.com/

https://navya.tech

https://www.2getthere.eu

CFI/ATC

Illustration: La shuttle Navya – © Navya Illustration 2: Navya – © Navya Illustration 3: Le taxi de demain, sans volant et sans chauffeur – © Navya Illustration 4: Les shuttles 2GetThere – © 2GetThere Illustration 5: 2GetThere – © 2GetThere

 

Share this Post